Cinqueux Cinqueux
Accueil mercredi 12 décembre 2018 Mode texte
Cinqueux
Accéder au site de la CCPOH

Histoire & patrimoine

L’origine de Cinqueux se perd dans l’aube de l’Histoire de France d’autant que ce village n’a jamais été le siège d’une seigneurie ni d’une congrégation religieuse.

Niché dans un site magnifique protégé par cinq « monts », bordé par le Marais et des bois, Cinqueux renferme toutefois maints petits trésors architecturaux d’origine paysanne qui témoignent de l’activité traditionnelle des Cinquatiens.

Cependant, deux monuments incontournables y demeurent emblématiques de la foi religieuse puis de la ferveur laïque : une église romane du XII° siècle du plus grand intêret et une ancienne Mairie-Ecole Louis-Philippe inaugurée en 1846 témoignage de la confiance de l’époque dans les valeurs de l’Education Nationale bien avant les lois Jules Ferry (1881).

Les voies modernes de circulation ont jusqu’ici épargné Cinqueux ce qui a été bénéfique à l’harmonie de son développement.

:: A la découverte du patrimoine paysager et architectural...

Eglise, ancienne mairie au fond de la butte Catiau

Aujourd’hui, l’automobiliste venant de Rieux ne se lasse pas de contempler notre église, dont le clocher, amputé et meurtri par la folie des hommes, se dresse fièrement à l’horizon au - dessus des champs de blé.


 

Cette église dédiée à Saint Martin est une des plus anciennes de la région. La façade et la nef, de style roman, furent bâties entre 1090 et 1110. Le chœur, le clocher, la rose de la façade, le bras nord du transept et la grande chapelle du treizième siècle, aujourd’hui disparue, sont de style ogival. Le 24 février 1910, suite à l’effondrement de la pile sud du clocher, les sapeurs du génie de Versailles parvinrent, à l’issue de la troisième tentative, à ébranler le clocher sous le regard ébahi de quelques badauds et du sous - préfet qui surveillait cette opération, à l’époque très controversée et jugée a posteriori inutile.

Comuneo / eZpublish © Inovagora Plan du site Mentions légales Crédits